Séville, 6ème corrida de la Feria.

Toros de Juan Pedro Domecq, faibles souvent (le 4ème changé), manquant de fond malgré quelquefois une noblesse chez certains plus moutonnière que bovine.

Morante met du temps à fixer son 1er toro à la cape, mais c’était pour mieux nous faire ensuite apprécier sa série de 5 véroniques et 2 demies ! Début de faena prometteuse sur la droite, mais le toro s’éteint vite et refuse la muleta, le tout sous l’œil (sans humour noir…) de Padilla dans le callejon. Un pinchazo précède l’estocade. Silence.

En attendant son 2ème toro, Morante observe attentivement, en maitre de la chose, les areneros arrosant la piste. Le sobrero sort. Il « véronique » genou fléchi. Et surprise, malgré une moue dubitative, Morante s’engage dans une faena volontaire : 3 séries décidées à droite puis à gauche, une faena où la détermination semble primer sur l’art, mais, non seulement il faut canaliser ce toro, mais aussi le vent. Morante nous surprend, se croise, touche la corne du toro. Elle se termine par des naturelles de face suivies de 2 aidées. Contrairement à l’habitude, cette faena est longue, un avis retentissant avant la fin. Malheureusement 2 pinchazos précéderont l’estocade qui nécessitera aussi 2 descabellos. Salut. Mais moi le dénigreur du morantisme, aujourd’hui il m’a plu le bougre, et lui aussi car il a même eu le sourire !

Capture

Urdiales a entamé sérieusement à la cape avec un toro qui la buvait…Salut de Pirri aux banderilles, brindis à son valet d’épée et son ayuda. Début par trincheras avant des séries de derechazos très purs. A gauche, il faudra attendre la 2ème série pour retrouver le même toreo stylé. Curro Romero et le fidèle ami Tomas Campos dans les gradins apprécient. Belles naturelles finales. Hélas une épée caida un peu de côté prive Urdiales de trophée. Vuelta

Brindis au public de son 2ème toro. Les séries à droite et à gauche sont volontaires, mais manquent de lien pour canaliser un toro qui, de plus donne de la tête. Il y aura quand même à noter une belle série de naturelles. Demie épée au 2ème voyage.

Capture2

Manzanares ? Je ne m’attarderai pas sur ses faenas stéréotypées, avec une muleta drap de lit. A noter à son premier toro la spectaculaire bousculade à terre du banderillero Jesus Gonzales Suso, heureusement sans mal, il plantera d’ailleurs une superbe paire et saluera. Donc, Manzanares étire bien les passes dans ses 2 faenas, la 1ère plus de ces faenas plus courte devant l’extinction du toro. Toujours fuera de cacho, on enfile les passes, la musique démarre(celle de Séville, la seule qui décide elle-même de jouer). 3 pinchazos à son premier, une épée qui vole à son second. Silence t salut.

Capture3

No hay billetes…..Le public revient à la Maestranza voir les figuras !

 

LA VIDEO RESUME !

 

 

 

 

.