Grande tarde ce samedi à Jerez. Moi qui, on le sait, ne suis ni un défenseur inconditionnel de Morante et du Juli, hier ils m'ont enchantés ! 

3/4 d'aréne ou un peu plus prêts à se réjouir comme on l'aime dans ce coin d'Espagne... 

Les toros étaient de Garcigrande.... On s'en serait douté. Armures normales pour une Plaza comme Jerez. Pour la pique, retour au régime général ici, à l'exception du 6eme renversant la cavalerie et repris ensuite. Tous nobles, plus ou moins de race, exceptionnel le 6eme "CORCHERO" gracié. 

Passons vite sur le "guapo" lègérement enveloppé Paquirri ou plus simplement Rivera Ordonez. Un monsieur qui faisait son retour et qui ignorait que la ligne blanche extérieure était destinée au piquer et que lui avait le droit de la franchir. Pas une série notable à son premier, insignifiant à son second, par ailleurs banderillé par une cuadrilla catastrophique. Sa seule nouveauté, il a appris le julipie. Silence aux 2.

Morante n'a pas pu fixer son premier à la cape, mais à montré une volonté de se montrer à son avantage ensuite. Classieux, stylé, templé., des 2 côtés, il séduit déjà ses détracteurs dont moi. Las, 4 tentatives à l'épée font envoler une oreille. Salut

Le grand Morante capeador est arrivé à son second. Véronique, chicuelinas et somptueuse demie. Il débute la faena assis sur l'estribo, poursuit à genou avant de revenir à un classicisme trés pur des 2 côtés et souvent engagé.... Costume taché, c'est dire ! Les Olé fusent à chaque passe. Le tout au son des magnifiques solos de trompette de "Nerva". Oui Morante est précieux dans ces jours avec. Une grande épée et 2 oreilles ! 

El Juli est un excellent torero qui peut tout faire quand il le veur. Et aujourd'hui il le voulait. Déjà à son premier Toro, nous avons eu un beau Suite par chicuelinas. Brindis au public avant un début de faena genou en terre. Bien campé sur ses 2 pieds écartés il allongé ses passés des 2 côtés. Faena essentiellement droitiére mais hélas terminée par un julipie au 2éme essai. Oreille. 

Sans doute aussi piqué au vif par le succés de Morante et aidé par l'extrême noblesse de son second, EL Juli sortit le grand jeu. Encore d'élégants doblones pour amener son Toro au centre qu'il ne quitta plus. Des naturelles muleta relâchée trés suaves et des derechazos qui n'en finissaient plus... 360°, 720 °. Le toro prennait tout, le maestro lui donnait des 2 côtés élégamment  Il sentait l'indulto possible et continuait... Le président ne cédait pas, EL Juli continuait..... Et finalement le mouchoir orange répondait à la marée de mouchoirs blancs, le public avait son indult refusé la veille, mais celui ci était d'une autre dimension. El Juli raccompagne son Toro à la porte du toril. 2 oreilles et la queue symboliques. Pas une contestation. Merci Corchero et merci El Juli de ne pas avoir laissé passer ce moment. Vuelta en compagnie du ganadero au milieu des gamins qui avaient envahi la piste. 

Sortie en triomphe de Morante et du Juli aussi radieux l'un que l'autre. 

C'est beau l'Andalousie qui prend la corrida pour une fête ! 

 

01011583

01011581

01011591

01011586

01011593

01011601

01011613

01011609

01011651

01011617

01011661

01011663

01011684

01011678

01011694

01011693

01011669

01011694

01011693

01011699

01011696

01011700

01011706